• Astrologie - Adn - Spiritualité

    L’ASTROLOGIE, la science et l’adn

    La physique quantique nous révèle qu’au niveau de l’atome la matière “dure” n’existe pas. C’est de l’énergie mêlée à de l’information. Et ça vibre partout à la fois dans l’espace, en interconnexion et en temps réel. C’est-à-dire que lorsqu’un électron envoie un message, l’information est perçue immédiatement à des milliards d’années-lumière. L’Univers entier forme donc une immense texture de vibrations et d’informations intelligentes, invisibles à nos yeux, avec ici et là des endroits où l’information s’est condensée, “matérialisée”, et ça donne des étoiles, des cactus, des grenouilles et des êtres humains. En y réfléchissant un peu, on s’aperçoit que tout vit ensemble dans le cosmos, en même temps, dans un même mouvement, et que tout y est interdépendant. Il s’y exerce une Intelligence absolue.


    Cette vue des choses peut nous sembler extraordinaire. Cependant elle était déjà connue des anciens Rishis, visionnaires savants de l’Inde antique il y a 5000 ans. On n’a donc rien inventé : nous ne faisons seulement que redécouvrir la réalité avec une manière de penser et de voir différentes. Des grands noms de la physique quantique, comme David Bohm ou Olivier Costa de Beauregard, pensent que l’Univers entier forme un immense champ de conscience dont nous sommes les infimes participants. Non seulement une telle idée ouvre de formidables perspectives de recherches sur la psychologie humaine, mais elle abonde dans le sens de l’astrologie.

    Dans les années 1980, un biologiste français de la faculté d’Orsay, Étienne Guillé, a mis en évidence des métaux dans la membrane qui entoure le noyau de la cellule, dans notre ADN. Ces métaux (ou métalloïdes) correspondent très précisément à ceux que la tradition astrologique attribue aux sept planètes du système solaire. Après de multiples expériences avec son équipe, E. Guillé a conclu que les métalloïdes de notre ADN sont les supports vibratoires des informations provenant du cosmos, et plus particulièrement du système solaire.


    En France, la communauté scientifique n’a cependant pas jugé utile de donner un écho favorable aux travaux d’E. Guillé. Les personnes qui connaissent un peu le fonctionnement de la recherche savent de quoi je parle. Pourtant on peut penser que les travaux de Jung, en psychologie, d’E. Guillé et de Rupert Sheldrake en biologie, de Jean Charon en physique, d’Émile Pinel, de Jacques Benvéniste et de bien d’autres chercheurs apparaîtront un jour au monde dans leur vérité et leur beauté désintéressées. Mais continuons.

    La nouvelle biologie – la biologie quantique – avance à grands pas vers les découvertes de Guillé avec, notamment, les travaux de Jean-Pierre Lennon (C.N.R.S.), Jean-Paul Citron et Jean-Claude Perez. Ce dernier a montré que tous les ADN du vivant sont formés selon la loi mathématique de Fibonacci. Autrement dit l’ADN possède une structure remarquablement harmonieuse, évidemment liée à l’ordre du cosmos (on comprend par là qu’introduire des OGM dans les ADN risque à terme de détruire cette harmonie).


    Enfin la psychologie de Jung, celle de Roberto Assagioli (la psychosynthèse), et plus récemment les recherches du psychiatre Stanislas Grof, montrent les liens infinis de la psyché humaine avec l’ordre cosmique. C’est exactement ce que dit l’astrologie depuis toujours, avec le Yoga, l’acupuncture, et de nombreux savoirs traditionnels du monde entier actuellement redécouverts. Alors je tiens le raisonnement suivant :

    LA MÉMOIRE CELLULAIRE

    Si nous cherchons à relier intelligemment la science moderne à la Tradition, concernant notre représentation du système solaire, une conclusion s’impose : on ne peut plus le voir comme un paquet de gros cailloux et de masses de gaz circulant et gravitant aléatoirement ensemble, mais comme un organisme vivant et intelligent. Les planètes sont par conséquent des entités bourrées d’informations disposées selon une structure cohérente. Ceci veut dire que cette structure possède du sens, une signification qu’il nous faut découvrir.

    Notre empreinte cosmogénétique et ce que l’on appelle « mémoire cellulaire » sont une seule et même chose. C’est un champ de mémoires emboîtées les unes dans les autres, du début de l’Univers jusqu’aux mémoires parentales, en passant par la mémoire des étoiles, celle de notre galaxie, celle du système solaire, celle de la phylogenèse, celle de l’humanité entière, celle de nos sociétés, et celle de nos ancêtres. Tout cela est inscrit dans nos cellules à la naissance, et ça révèle un plan unique qui nous concerne individuellement. Lorsqu’un enfant naît, il reçoit par gravitation une impression de la structure du système solaire, organisme vivant. Autrement dit cet enfant est “bombardé” par un paquet d’informations provenant de l’Intelligence de l’Univers. Et cette impression vient “recadrer” l’engramme générique déjà présent avant la naissance.

     J’espère que vous me suivez toujours ! L’astrologie, c’est fabuleux à apprendre, à explorer, à expérimenter. À condition d’ouvrir les yeux et de se réveiller ! Et en effet, lorsqu’on se lance dans cette aventure on s’aperçoit peu à peu que tout ça fonctionne avec une précision stupéfiante.


    Savoir que nous sommes ici et maintenant une émergence de l’Intelligence de l’Univers peut changer radicalement nos points de vue, nos croyances, nos actions et jusqu’à nos attitudes dans la vie de tous les jours. Car si les religions, les grandes traditions et les systèmes philosophiques nous suggèrent de servir le monde, de vivre en harmonie avec la nature, l’astrologie nous montre mathématiquement ces vérités, et
    comment les réaliser précisément. C’est ce qu’on va voir maintenant.

    LE PROGRAMME CELLULAIRE

    L’empreinte cosmogénétique – notre mémoire cellulaire – révèle notre fonctionnement physique et psychologique pour notre existence entière. Cette mémoire représente notre passé (un passé collectif : le karma) et – en même temps – notre futur (un futur individuel : le dharma). Autrement dit nous possédons inscrit en nous, dans l’ADN de nos cellules, un programme d’existence. Cependant nous devons transformer, repolariser les énergies anciennes (la mémoire) en quelque chose de nouveau (le programme).
    Nous ne sommes donc pas nés par hasard, mais pour accomplir individuellement un besoin d’ordre universel. Ce besoin englobe à la fois une nécessité d’ordre cosmique, c’est-à-dire liée à un mouvement créatif de l’Intelligence universelle (nommée Tao, Dieu ou Brahman), et une nécessité évolutive inhérente à l’humanité. Les deux nécessités sont indissociables. Il va donc s’agir, pendant la durée de notre vie, de nous harmoniser avec ces mouvements.
    Nous pouvons “visualiser” notre programme d’existence grâce à un diagramme reproduit en deux dimensions sur une feuille de papier : c’est le fameux « thème de naissance ». Qu’y voit-on ?

    Le thème de naissance

    Notre thème de naissance nous montre de façon précise et mathématique toutes nos fonctions psychiques (et physiques), leur situation particulière dans notre psychisme, ainsi que les interactions entre elles.
    Notre thème nous indique comment notre
    moi conscient se trouve en relation avec l’inconscient (il s’agit de l’inconscient défini par Freud d’abord, puis étendu par Jung avec la notion d’inconscient collectif).

     

    Enfin notre thème nous précise à quels moments les énergies universelles (ou archétypes) interviennent dans notre existence, ou, en d’autres termes, nous “contactent”. Ce fonctionnement subtil mais perceptible, où nous pouvons nous sentir liés avec plus d’évidence aux entités planétaires, nous incite à réaliser notre programme cellulaire. En ce sens Dane Rudhyar a parlé d’activité transpersonnelle, dès l’instant où nous cherchons à nous transformer et à vivre pleinement les énergies qui nous habitent. Il s’agit ni plus ni moins de servir le monde, de servir l’humanité et notre planète vivante.


    Le thème de naissance nous amène à considérer “d’un coup d’oeil” notre fonctionnement psychologique réel, notre plan d’existence et, finalement, la raison essentielle de notre incarnation. Nous possédons là un véritable “tableau de bord”, un système d’orientation qui nous permet de gérer et d’utiliser efficacement nos énergies. Celles-ci se montrent essentiellement
    identiques à celles qui vibrent sous forme de planètes dans le système solaire. Ici on peut réellement parler de “décodage biologique”, base expérimentale d’une future cosmobiologie.

    Si nous n’écoutons pas notre programme cellulaire, il risque de se produire en nous des dysfonctionnements de toutes sortes : dépression, pathologies mentales ou physiques, difficultés relationnelles, incidents à répétition, accidents, etc. Ces événements sont en définitive le reflet de notre “inconscience”, le renvoi de nos attitudes superficielles devant le monde et ses besoins.
    La physique moderne nous dirait qu’il s’agit là d’événements d’ordre quantique (donc de l’information) qui se densifient et se matérialisent dans notre espace-temps personnel. Les physiciens de haute volée rejoignent ici les intuitions de Jung sur la relation psychisme et matière.

    Nous réalisons maintenant que notre responsabilité personnelle est immense. Elle joue non seulement sur un plan environnemental direct (famille, société, etc.) mais aussi sur un plan beaucoup plus vaste, voire infini, car planétaire et cosmique. Il s’agit au fond de
    créer notre réalité individuelle, afin qu’elle prenne sa juste place dans la Réalité universelle. En définitive nous voyons se dessiner sous nos yeux une psychologie au sens vrai du terme. À condition de comprendre les différents niveaux du fonctionnement humain (le physique, le psychique et le spirituel) en lien avec le champ informationnel de l’Univers. Alors on pourra parler de psychologie holistique, voire de psychologie quantique. Pas autrement.

    Voilà pourquoi je parle de révolution. Et cette révolution ne va pas se faire sur un plan culturel limité à une région ou une nation, mais sur la planète entière pour les siècles à venir. Maintenant abordons le plan spirituel, aujourd’hui tellement sujet à controverses et à confusions

     

    ASTROLOGIE ET SPIRITUALITE

    Notre thème de naissance nous indique notre chemin de réalisation spirituelle. Alors bien sûr il va falloir que je précise ce que j’entends par “spirituel”, car ce terme est généralement rattaché aux religions. En Occident, le mot “esprit” vient de spiritus, en latin, qui signifie “souffle”. Pour les chrétiens il s’agit du Souffle divin qui génère la vie. Ailleurs, en Inde ou en Chine, nous trouvons les concepts de prana, de ki et de chi, traduisant l’idée d’énergie universelle.

    La psychologie de Jung (avec la notion d’archétype), tout comme la physique quantique (avec la notion d’information intelligente) rejoignent avec évidence ce que disent la Tradition et les religions. L’astrologie, racine incontournable de toutes les réflexions humaines ayant engendré les mythologies, les religions, les mathématiques sacrées, les philosophies diverses et finalement la science, se trouve bien placée pour montrer comment et de quelle façon le monde métaphysique agit à travers le monde physique. Autrement dit comment l’Intelligence de l’Univers fonctionne à travers notre corps.

    Ce que la tradition appelle “l’âme” représente une partie extrêmement polarisée de l’Intelligence universelle qui s’incarne dans un véhicule biologique. Nous sommes bien loin de la représentation étriquée qu’offrent certaines disciplines universitaires concernant notre corps biologique et notre psychisme.

    Vivre spirituellement consiste d’abord à écouter notre “âme”, autrement dit à devenir conscient de ce que nous sommes réellement en tant qu’être humain, et à comprendre un besoin particulier de l’Intelligence universelle qui tend à se manifester à travers nous (c’est là le sens juste du mot “transpersonnel”). Quand ceci est compris, nous allons utiliser l’énergie qui se trouve à notre disposition – notre programme cellulaire – pour accomplir ce besoin.

     

    On pourrait dire les choses autrement : nous sommes nés pour accomplir un point particulier du besoin évolutif de l’humanité et de la biosphère terrestre. Par conséquent la spiritualité n’a rien à voir avec des “nirvanas” illusoires, en attendant que le Ciel se penche sur nos malheurs. Vivre spirituellement c’est devenir plus conscient et agir selon notre plan d’incarnation, autrement dit en suivant notre programme cellulaire, notre boussole intérieure. En le faisant nous échappons au “hasard”, à l’ignorance et à la souffrance, à tout ce qui peut nous déstabiliser, nous désaxer.


    Quels que soient les événements extérieurs, petites difficultés quotidiennes ou grandes catastrophes, le fait de suivre notre axe d’existence, notre programme intérieur, nous sauve de l’incertitude et de la peur. Nous ne sommes plus les jouets du destin, puisque nous accomplissons notre destinée. Nous sommes sereins, car nous réalisons ce pour quoi nous sommes “venus au monde”.

     

    Il y a un point qui  semble capital à réaliser pour tous les êtres humains vivant en ce début de 3e millénaire. C’est que l’astrologie permet de rétablir, de reconnecter les liens perdus entre notre corps physique et le corps vivant du cosmos.

     

    Grâce à cela, l’astrologie nous montre quelle est la vraie place de l’humanité dans l’ordre du cosmos, et quel est le rôle qu’elle peut y tenir. Une telle prise de conscience devrait bousculer beaucoup d’idées toutes-faites. Nous ne sommes plus perdus dans un immensité cosmique noire et vide d’existence, car nous sommes les enfants d’un cosmos vivant et intelligent qui nous parle à chaque instant avec son langage propre ! L’astrologie nous aide à décoder ce langage. Le savoir, sur un plan intellectuel, c’est une chose. Mais quand on se rend compte de cette réalité – en l’expérimentant soi-même – alors ça devient proprement stupéfiant.